Découvrez l' Art Africain Traditionnel


Art Africain Traditionnel

Tout ce qu'il faut savoir sur l'Art Africain Traditionnel

Qu'est-ce que l'art africain traditionnel ?


L’art africain traditionnel se distingue de l’art africain contemporain et englobe principalement les réalisations artistiques des peuples d'Afrique Subsaharienne. Depuis des siècles, ces populations produisent un grand nombre d’« œuvres » à visées religieuse, politique ou utilitaire. Au XXème siècle, les colonisations ont engendré le déplacement massif de ces objets d’art africain traditionnel. On en retrouve aujourd'hui principalement au sein des musée Occidentaux.

Pourquoi un site sur l’art africain traditionnel ?


L’art africain traditionnel se divise en de nombreux champs d’études ; les pays, les ethnies, les objets, les catégories… Tous passionnants, il y a lieu de les développer avec soin et rigueur afin d’en apprendre davantage sur la richesse de l’art africain traditionnel. Les grands musées, les maisons de ventes ou les galeries prestigieuses ne s’attachent pas toujours à approfondir certains aspects de l’art africain traditionnel, pourtant primordiaux.

Pourquoi consulter le site art africain traditionnel ?


Le site art africain traditionnel vous offre un riche panorama sur les pays, les ethnies, les catégories et les objets. Nous nous efforçons de rédiger des articles complets, issus de publications scientifiques, vous permettant d’élargir vos connaissances sur l’art africain traditionnel. Nous abordons avec passion et constance tous les angles de l’art africain traditionnel, désormais souvent réduit à sa seule fonction esthétique ou marchande.


Art Africain Traditionnel

Figure féminine Bambara

Ex-collection art africain traditionnel française. Version réduite de la sculpturenommée "petite préférée", Nyeleni en Bambara, figurée debout, les mains prolongeant de longs bras reposant sur les cuisses. Les pieds, sur-dimensionnés, portent un corps fluet souligné de colliers multicolores. br> Fissures de dessication, fêlure. Patine incrustée d'onctions rituelles.
Les Bambara du Mali central et méridional appartiennent au grand groupe Mande, comme les Soninke et les Malinke. Ils croient à l'existence d'un dieu créateur génériquement appelé Ngala et qui maintient l'ordre de l'univers. Son existence coexiste avec un autre dieu androgyne appelé Faro. De grandes fêtes masquées cloturent les rites d'initiation de l'association dyo et le rituel du gwan des bambara dans le sud du pays bambara. Etalées sur une période de sept ans en ce qui concerne les hommes, elles sont moins astreignantes pour les femmes. Les nouveaux initiés fêtent alors, en groupes, de village en village, leur renaissance symbolique . Ce sont les fils des forgerons qui dansent autour de ces statues que l'on disposait en dehors des festivités regroupées sur un autel après les avoir huilées et décorées. Chaque effigie était porteuse d'un message dévoilé aux initiés.

Art Africain Traditionnel

Masque Kumu, Komo

Ex-collection art africain traditionnel belge.
Spectaculaire par sa polychromie et ses épais sourcils froncés, ce masque circulaire est également souligné de perforations renvoyant aux scarifications traditionnelles.
Hauteur totale sur socle : 41 cm. Les Kumu , Bakumu, Komo, vivent principalement au Nord-Est et au centre en République démocratique du Congo. Leur langue bantoue est le komo ou kikomo . Plusieurs ethnies sont étroitement imbriquées, dotées d'associations similaires : les Mbole, les Yela, les Lengola, et les Metoko. Leur production artistique présente en outre de grandes similitudes avec celle des Metoko et des Lengola. Leurs masques de divination étaient exhibés lors des cérémonies de clôture de l'initiation et de circoncision des jeunes de la société nkunda . C'est en effet dans la région du Maniema autour du fleuve Lualaba et les Grands Lacs que la sculpture Lega a largement exercé son influence. Un costume composé de textiles en écorce et de fibres végétales dissimulait le porteur. Biebuck aurait noté une grande similarité entre les rituels accompagnant l'apparition des masques Kumu et ceux des masques muminia des Lega. Litt. : "L'âme de l'Afrique" S. Diakonoff ; "Art and Life in Africa" C.D. Roy.

Art Africain Traditionnel

Masque africain Lega

Collection d'art africain traditionnel allemande.
Ce masque africain, blanchi au kaolin, est utilisé lors des rites d´initiation de la société Bwami. Celle-ci est ouverte aux hommes et aux femmes.
Le passage d'un grade indiquait l´acquisition d'une certaine sagesse et morale individuelle.
Patine bicolore abrasée. Barbe de raphia.
Hauteur sur socle : 44 cm.
Au sein des Léga, la société du Bwami ouverte aux hommes et aux femmes,organisait la vie sociale et politique. Il existait jusqu'à sept niveaux d'initiation, chacun associé à des emblèmes. Suite à leur exode d'Ouganda au cours du XVIIe siècle, les Lega se sont installés sur la rive ouest de la rivière Lualaba, en RDC. Appelés aussi Warega, ces individus vivent dans des villages autonomes entourés de palissades, généralement au sommet de collines. Le rôle du chef, kindi, est tenu par le plus vieil homme du clan, qui doit être le plus haut gradé. Comme dans d'autres tribus de la forêt, les hommes chassent et défrichent tandis que les femmes cultivent le manioc. La reconnaissance sociale et l'autorité devaient en outre être gagnées individuellement : le chef devait sa sélection à son coeur (mutima), un bon caractère, son intelligence, et un comportement irréprochable. Lors de cérémonies rituelles, les masques Idumu, de propriété collective, étaient présentés aux initiés placés sur une barrière et entourés de masques individuels de format plus petit.




3d8b6aa1-5ed5-4a4a-8c9c-24a81907d6a8 http://www.art-africain-traditionnel.eu/default.aspx