Découvrez l' Art Africain Traditionnel


Art Africain Traditionnel

Tout ce qu'il faut savoir sur l'Art Africain Traditionnel

Qu'est-ce que l'art africain traditionnel ?


L’art africain traditionnel se distingue de l’art africain contemporain et englobe principalement les réalisations artistiques des peuples d'Afrique Subsaharienne. Depuis des siècles, ces populations produisent un grand nombre d’« œuvres » à visées religieuse, politique ou utilitaire. Au XXème siècle, les colonisations ont engendré le déplacement massif de ces objets d’art africain traditionnel. On en retrouve aujourd'hui principalement au sein des musée Occidentaux.

Pourquoi un site sur l’art africain traditionnel ?


L’art africain traditionnel se divise en de nombreux champs d’études ; les pays, les ethnies, les objets, les catégories… Tous passionnants, il y a lieu de les développer avec soin et rigueur afin d’en apprendre davantage sur la richesse de l’art africain traditionnel. Les grands musées, les maisons de ventes ou les galeries prestigieuses ne s’attachent pas toujours à approfondir certains aspects de l’art africain traditionnel, pourtant primordiaux.

Pourquoi consulter le site art africain traditionnel ?


Le site art africain traditionnel vous offre un riche panorama sur les pays, les ethnies, les catégories et les objets. Nous nous efforçons de rédiger des articles complets, issus de publications scientifiques, vous permettant d’élargir vos connaissances sur l’art africain traditionnel. Nous abordons avec passion et constance tous les angles de l’art africain traditionnel, désormais souvent réduit à sa seule fonction esthétique ou marchande.


Art Africain Traditionnel

Masque Komo, Kumu, Nsembu

Ex-collection art africain traditionnel allemande.
Parmi les masques d'art premier , ce masque africain nommé Nsembu se produisait par paire masculin-féminin, et était utilisé par la société de devins Nkunda au sein des clans vivant au nord de la région de l'Uituri.
Regard largement évidé et bouche dentée béante, aménagés dans un volume quasi plane, composent ce masque agrémenté de motifs polychromes.
Patine mate.
Hauteur sur socle : 51 cm.
Les Kumu, Bakumu, Komo, vivent principalement au Nord-Est et au centre en République démocratique du Congo. Leur langue bantoue est le komo ou kikomo . Plusieurs ethnies sont étroitement imbriquées, dotées d'associations similaires : les Mbole, les Yela, les Lengola, et les Metoko. Leur production artistique présente en outre de grandes similitudes avec celle des Metoko et des Lengola. Leurs masques de divination étaient exhibés lors des cérémonies de clôture de l'initiation et de circoncision des jeunes de la société nkunda . C'est en effet dans la région du Maniema autour du fleuve Lualaba et les Grands Lacs que la sculpture Lega a largement exercé son influence. Un costume composé de textiles en écorce et de fibres végétales dissimulait le porteur. Biebuck aurait noté une grande similarité entre les rituels accompagnant l'apparition des masques Kumu et ceux des masques muminia des Lega.

Art Africain Traditionnel

Statue de pendu Mbole Ofika

Ex-collection art africain traditionnel allemande.
Figuré dans une posture caractéristique, jambes fléchies, bras arqués, mains sur les cuisses, ce personnage doté de grandes oreilles animales représente un pendu. Patine brune, résidus de kaolin.
La province du Lualaba comptait plusieurs ethnies proches disposant d'associations similaires. Les Mbole sont connus pour leurs statues incarnant, selon D. Biebuck ,des pendus, nommées ofika . Le lilwa , association aux rites initiatiques dogmatiques avait pour coutume de juger et de condamner à la pendaison les coupables d'infractions aux règles imposées. Ces infractions allaient du meurtre à l'adultère en passant par la rupture du secret encerclant le lilwa . Déshonorés, les corps de condamnés ne jouissaient d'aucune funérailles et étaient enterrés dans la forêt. C'est au cours des cérémonies de fin d'initation, présidées par un notable isoya , qu'étaient exhibées ces statues , présentées couchées sur une litière.

Art Africain Traditionnel

Masque Igbo Mgbedike

Ex-collection art africain traditionnel allemande
La distorsion Igbo-Afikpo dans l' art africain
Ces masques africains nommés "le temps du brave", parfois sous l'apparence de superstructures élaborées, réunissent souvent des cornes, des pointes, et des éléments zoomorphes afin de personnifier la bravoure. Le masque çi-contre , dont le visage se prolonge d'un long museau incurvé, porte des excroissances sculptées où se mêlent visages et oiseaux. Un badigeon d'argile fluviale, un kaolin blanc en relation avec les ancêtres, croûteux, voisine avec des rehauts polychromes.
Ces masques agressifs, accompagnés d'un attirail hétéroclite de piquants, de raphia, de feuilles de palmier et d'armes,se produisent au cours de festivals spectaculaires lors de la saison sèche , la plus célèbre étant l' okumkpa , et de certaines funérailles. Les plus volumineux sont portés par les hommes mûrs initiés de la société Ekpo . Chacun des porteurs de masques incarne un esprit dont le masque adopte le nom.
Les Igbo vivent dans la forêt au sud-est du Nigeria. Ils ont réussi à associer un profond sens de l'individualité à un sentiment tout aussi fort d'appartenance au groupe. Leur système politique est complexe et peu connu. Le village constitue l'unité sociale la plus importante, la plus petite est la famille élargie. Chaque village a un haut degré d'autonomie et est placé sous l'autorité du plus ancien chef de lignée.




3d8b6aa1-5ed5-4a4a-8c9c-24a81907d6a8 http://www.art-africain-traditionnel.eu/default.aspx